Quand la Brigate Rossonere posa sa première bâche.

tumblr_map5iyo2JF1rrzswoo1_400Le 19 octobre 1975 vit le groupe de la Brigate Rossonere poser sa première bâche lors d’un match de Serie A à Bologne. Se traduisant littéralement par brigade rouge et noire, celle-ci est issue de la fusion des deux groupes de la Curva Sud : la « cava del demonio » et les « ultras ». Le leitmotiv du groupe était avant tout politique, puisqu’à la base celui-ci rendait hommage aux brigades rouges (1).

Positionnés sur la gauche de la Curva Sud en compagnie de la Fossa dei Leoni, ces derniers ainsi que les Commandos Tigre (2) firent de l’ombre à la BRN récemment fondée. Le groupe arrivera au fil du temps à sortir son épingle du jeu et à devenir respecté dans le milieu ultra, en étant un des groupes les mieux structurés de la péninsule au point de réussir à comptabiliser 7 500 membres à la fin des années 80, répartis dans plusieurs sections.

uff191_1979
Envahissement de terrain le 6 mai 1979, suite au match nul du Milan face à Bologne assurant le 10ème titre de champion.

La Brigate Rossonere est avant tout un groupe ultra, dont l’objectif principal est le soutien infaillible envers son équipe par de longs chants constants, des chorégraphies et des tifos. La violence est autorisée seulement en cas de forces majeures, tel que l’attaque par un autre groupe ou la tentative d’un vol de matériel. Hélas, une limite fut franchie en 1995, lorsqu’un membre d’un groupuscule de la BRN poignardât à mort Vincenzo Spagnolo, un ultra de Gènes. Cet homicide provoqua une vive vague d’émotion en Italie et il fallu l’intervention des pionniers du groupe pour éviter que celui-ci ne soit dissout.

Preuve que le groupe avait retenu la leçon, puisqu’en 2003 lors la finale de la ligue des champions à Manchester face à leurs homologues de la Juventus de Turin, les présidents des deux groupes avait passés un accord de non-violence.

20052006_milan-psv-eindhoven_006
30 ans de la BRN, le 19 octobre 2005 lors d’un match de ligue des champions face au PSV Eindhoven.

Suite à l’autodissolution de la légendaire Fossa dei Leoni en 2005, la Brigate Rossonere allait devenir le groupe principal de la Curva Sud. Bien qu’à ce jour, la bâche est rarement affichée à domicile. Seul une banderole commune dénommée « Curva Sud Milano » est apposée tout au long de la tribune.

(1) Un mouvement d’ultra gauche ayant commis des attentats et des assassinats durant les années de plomb.

(2) D’abord positionnés dans la Curva Nord, les Commandos Tigre rejoignirent la Curva Sud en 1985.

Pour plus d’informations :
– Parmi les fondateurs du groupe y figurait Antonio Negri et Franco Berardi faisant partie de l’opéraïsme, un courant marxiste et ouvriériste. Cela se ressenti lorsque la chanson « Per i morti di Reggio Emilia » de Fausto Amodei en hommage à cinq militants communistes assassinés par la police, résonna régulièrement dans les travées de San Siro. Aujourd’hui, la philosophie a bien évolué puisque le groupe se dit apolitique et la plupart des membres actuels ont une mentalité de droite.
– L’écrivain Nanni Balestrini à écrit un roman dénommé « I furiosi » en 1994, narrant l’histoire de plusieurs supporters du Milan AC de la Brigate Rossonere, racontant leurs aventures lors des matchs à domicile, leur quotidien et leur déplacement.
uff2023_2007
Gennaro Gattuso saluant la Brigate Rossonere, le 23 mai après la victoire en ligue des champions et la revanche face à Liverpool (2-1).

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s