Jour : 9 janvier 2019

La première équipe de la capitale

La Società Podistica Lazio voit le jour le 9 janvier 1900 à Rome par l’intermédiaire de

luigi_bigiarelli_3
Luigi Bigiarelli

neuf athlètes de la ville avec à sa tête Luigi Bigiarelli, professionnel de la discipline et sous officier « bersaglieri » (1), pendant la bataille d’Adoua en mars 1896 mettant au conflit l’empire d’Ethiopie face à l’Italie.

La pratique du football fut officieusement instaurée en 1901 et officiellement en 1910 ou après avoir disputé des championnats locaux, l’équipe connaîtra la première division dès 1912. Hélas l’élan fut coupé à cause de la première guerre mondiale, avec de nombreux joueurs qui perdirent la vie sur le front et les survivants traumatisés qui mirent fin à leur carrière.

En 1927 planait la disparition de la Società Sportiva Lazio (renommé ainsi en 1925), lorsque fut décidé de la part d’Italo Celestino Foschi, homme politique proche de Benito Mussolini, l’annexion de toutes les équipes de la ville, afin de créer une équipe capable de rivaliser avec celles du nord. Il fallu toute la détermination de Giorgio Vaccaro, vice-président du club, général officiel de l’armée italienne et membre du PNF (Parti National Fasciste) pour que la Lazio ne soit pas absorbée par cette nouvelle équipe qui allait devenir l’AS Rome.

Le championnat italien fut par la suite de nouveau interrompu de 1943 à 1945, après la destitution de Mussolini et l’arrivée des alliés sur le territoire italien combattant l’armée du troisième Reich, du fait qu’Hitler refusa que l’Italie abandonne la guerre.

Jusqu’à 1974, année du premier titre de champion d’Italie du club et hormis sa première coupe d’Italie remportée en 1958 aux dépends de la Fiorentina (1-0), l’équipe alterna saisons moribondes et relégations. Ce succès fut assez surprenant puisque que cela n’était que la deuxième saison en première division depuis la remontée de la Lazio, mais pas illogique dans le sens que l’équipe avait terminée troisième lors de la saison précédente, sous les ordres de Tommaso Maestrelli.

maestrelli-wilson
Joie entre l’entraîneur Tommaso Maestrelli et son capitaine Giuseppe Wilson, après le titre de 1974

Les années suivantes furent dévastatrices pour le club, l’entraineur du titre décéda des suites d’une longue maladie en 1976 et le milieu de terrain de la sélection Luciano Re Cecconi fut assassiné l’année suivante par un de ses amis, suite à une plaisanterie ayant mal tournée. Tandis que sur le plan sportif et juridique, le club fut relégué administrativement en 1980 suite au scandale du Totonero impliquant des matchs truqués, suite à des paris sportifs.

Alternant de nouveau les montées et les descentes, le club se stabilisa en Serie A à partir de 1988 pour ne plus jamais la quitter à ce jour. Les années 90 voyaient l’âge d’or du club de la capitale, grâce à l’arrivée de l’investisseur romain Sergio Cragnotti en 1992 qui allait investir sur des joueurs prometteurs et talentueux à l’image de l’anglais Paul Gascoigne. Dès lors, l’équipe trusta régulièrement le haut de tableau jouant régulièrement la coupe d’Europe avec en point d’orgue, un titre de coupe d’Europe des vainqueurs de coupe en 1999 suite à son succès l’année précédente face au Milan AC (1-0 ; 1-3), contre les espagnols du RCD Majorque sur le score de 2-1 avec des buts signés Christian Vieri et Pavel Nedved.

lazio-coppa-delle-coppe
Joueurs exultant après leur victoire en coupe d’Europe des vainqueurs de coupe

Pour le centenaire de la Lazio au début du second millénaire, les joueurs effectuèrent le premier doublé coupe d’Italie-championnat de l’Histoire du club avec également un titre de supercoupe de l’UEFA face à Manchester United (1-0) et un parcours jusqu’en quart de finale de la ligue des champions.

Le club failli déposer le bilan quelques années plus tard et fut obligé de vendre ses meilleurs joueurs. Heureusement avec l’arrivée de Claudio Lolito en 2004 et le dévouement de ses tifosis, le club se remettra sur pied avec une quatrième coupe d’Italie à son palmarès. Hélas en 2006, le club fut au cœur d’une nouvelle affaire de matchs truqués avec le scandale du calciopoli, contraignant le club qui avait terminé la saison à la sixième place à trente points de pénalité descendant ainsi à la seizième place et un forfait de la prochaine édition européenne.

A ce jour, l’équipe évolue majoritairement dans la partie haute du classement jouant à de nombreuses reprises la ligue Europa et a remis deux nouvelles coupes d’Italie dans son armoire à trophée, acquises en 2009 et en 2013.

(1) Les bersagliers sont un corps de l’armée de terre italienne.

Pour plus d’informations :
Giacomo Bigiarelli, Odoacre Aloisi, Arturo Balestrieri, Alceste Grifoni, Giulio Lefevre, Galilée Massé, Alberto Mesones et Enrico Venier sont les autres fondateurs du club.
Les couleurs bleues et blanches du club sont directement inspirés du drapeau grec, du fait que les jeux olympiques de 1896 ont eu lieu dans ce pays.
L’aigle est le symbole de la ville de Rome. Celui-ci disparu de l’emblème en 1921 avec la montée du fascisme et remplacé par le faisceau de licteur, symbole du parti. L’aigle se reposa à nouveau sur l’écusson le jour de la destitution de Benito Mussolini.
Lazio se traduit par Latium, soit la région ou est située la ville de Rome.
Avec 401 matchs disputés toutes compétitions confondues entre 1992 et 2004, Giuseppe Favalli est le joueur ayant porté le plus souvent la tunique bleue et blanche. Tandis qu’avec 149 buts inscrits entre 1934 et 1943, Silvio Piola est le meilleur buteur de l’Histoire du club.
laziolittorio
Emblème du club pendant la période fasciste